Les plus âgés, les moins obtus, les plus nostalgiques et les amateurs de musique contemporaine ne manqueront pas de saisir la référence une des chansons qui fit le succès de Talk Talk... Ce groupe anglais que d'aucuns qualifient de ringard au motif que ses chansons sont un jour entré dans les classements des meilleures ventes de disques... dans les années 80.

C'est ma vie, comme « c'est mon quotidien » ou bien « c'est ta vie, mon pauvre ».
Dans les deux cas, c'est ma réalité et, pour peu que vous poussiez votre lecture, vous verrez que ce n'est pas que dénué d'intérêt...

On (pronom indéfini, je préserve les discrétions) l’a remarqué, j’emploie régulièrement des expressions englobantes telles que « Les gens » et mon discours laisse planer un parfum (remugle ?) de culpabilisation des masses qui peut passer, j’en ai conscience, pour une condamnation de l’humanité entière.
Mes études de sociologie m’ont appris à raisonner en termes statistiques. Non pas que je fus brillant en la matière ; sans une aide extérieure, j’eusse sûrement échoué aux partiels concernés ; mais une chose est restée : la tendance.
Je raisonne de cette façon. Pas statistique, mais à partir de la tendance dessinée par mes propres observations. Ce qui ne veut rien dire, j’en conviens. Sauf pour moi.
Ainsi, je prends un exemple totalement détaché de la réalité, si j’estime pendant presque trente ans de pratique de la route, que moins d’un véhicule sur dix avertit de sa direction en sortie de rond-point, je dis que « personne » ne met son clignotant dans les ronds-points.
Ce qui ne veut pas dire que littéralement personne ne le fait – étant donné que je le fais – mais que j’estime que le chiffre est trop peu important pour être pris en considération.
D’ailleurs, si ça n’incluait pas des amis proches, je suggérerai de passer par les armes quiconque n’a toujours pas compris ça après des années à me fréquenter. Pas les ronds-points, ma position sur le sujet présentement exposé.
J’assume ce que j’appelle mes observations, et je fais le serment solennel d’arrêter de façon systématique d’user de ces raccourcis le jour où les instituts de sondage cesseront de produire des chiffres commandés obtenus par le truchement de questions orientées. Ce qui n’arrivera jamais, et là je pouffe.

Vous le savez, du moins je l'espère, c'est dans la pratique que nous parvenons à l'aisance. Pour cette raison, et parce que je me sens bien lorsque je respecte certaines règles, tout spécialement quand mes contemporains les trouvent relou, j'applique sur ce site quelques règles de typographie.

Fréquenter ces règles et les employer pour mes textes, quels qu'ils soient, me les rend familières et donc faciles à utiliser au quotidien. M'y assujettir demande une certaine discipline et quelques concessions au confort quotidien. Parce que ce serait si facile de n'accentuer aucune majuscule, d'utiliser les guillemets anglais, meurtrir des phrases avec des esperluettes inopportunes, etc.

C'est presque un jeu et une discipline, un oxymore de chaque heure passée devant un clavier.
Pourtant, il ne s'agit que de suivre les règles énoncées dans le fascicule de 210 pages intitulé Lexique des règles typographiques en usage à l'imprimerie nationale.

Joomla templates by a4joomla