Un petit lien qui résume bien des choses... Bientôt en France !

Plusieurs notules en une, elles valent le coup, lues les unes après les autres :

Commie !

- Deux août 2010, aux informations à la radio, plus de 100 000 hectares de forêt et de tourbe ont brûlé en Russie, quarante personnes sont mortes et le feu progresse toujours. Pas un mot sur l'aide internationale, forcément, il n'y en a pas, la géopolitique prime sur l'environnement. Je rappelle que 100 000 hectares = 1 000 000 000 mètres carrés, c'est-à-dire que seuls trente et un états au monde ont une surface supérieure. Comme disait l'autre, « l'environnement, ça commence à bien faire »...

« I need somebody's help »

Quatre août 2010, enfin, des pays apportent leur aide à la Russie : Bielorussie, Ukraine et Azerbaidjan, que des ex-républiques soviétiques. Plus de 170 000 hectares ont été brûlés. Merci la communauté internationale !

Ah, la solidarité...

Huit août 2010, 200 000 hectares ont brûlés en Russie, toujours pas d'aide internationale...

Charité bien ordonnée...

Treize août 2010, le feu menace le centre nucléaire de Sarov. La communauté internationale reste muette et paralysée.

Epiphénomène

Vingt-et-un août 2010, on ne parle déjà plus des feux en Russie à la radio française, les feux sont-ils éteints ? Tss tss.

Charité sélective

Première semaine de décembre, le feu se déclare dans la forêt du mont Carmel, dans la banlieue de Haïfa, Israël. Rapidement, l'aide internationale arrive.

Je cite le Nouvel Observateur : "Une centaine de pompiers bulgares prêtaient main forte à leurs homologues israéliens, ainsi que des avions et des soldats du feu grecs et britanniques, ont précisé des responsables israéliens.
La France a d'ores et déjà envoyé « 80 tonnes d'équipements de lutte anti-incendie », précise vendredi l'Elysée dans un communiqué. « Ce matin, deux premiers avions Canadair ont pris la direction d'Israël. Un troisième Canadair ainsi qu'un avion bombardier d'eau de type Dash 8 les suivront dans la journée ».
« Notre ambassade à Tel Aviv et notre consulat général à Haïfa sont mobilisés pour apporter tout le soutien nécessaire aux ressortissants français résidant dans la zone concernée », soulignent les services de Nicolas Sarkozy.
De l'aide supplémentaire était attendue des États-Unis, la Russie (pas rancuniers), l'Égypte, Chypre, la Jordanie, l'Espagne, l'Azerbaïdjan, la Roumanie et la Turquie."

Intérêts diplomatiques ? Conscience ? Humanisme ? On se pose la question quand on lit les brèves précédentes...

Forêt communiste

28 juillet 2011, la Russie est de nouveau la proie des flammes. Cette fois-ci, ce sont plus d'un million d'hectares de forêt qui sont partis en fumée. Un million, c'est bien six zéros après le 1 ? Comme si les 5/6e de l'Île de France brûlaient. Personne n'a bougé. Pourtant la forêt, qu'on pense qu'elle est un suppôt de Satan communiste ou un rejeton du monde libre, reste indispensable à la vie sur terre.

Mise à jour d'août 2018. Cet été, la Californie a été la proie des flammes. Le sujet a fait la Une de toutes les rédactions de journaux tv… C’est à se demander si les arbres russes produisent du poison bolchevique plutôt que de l’oxygène…

Mars 2010, le projet de loi de Barack Obama passe à 219 voix contre 212. Ce qui signifie que (à peine moins de) un sénateur américon sur deux refuse la protection sanitaire pour les plus démunis.

pour les plus démunis...

Je sors de ma voiture (il me faut trois à quatre minutes), un de mes voisins (Aix-en-Provence) se gare juste à côté, laisse le moteur de son véhicule tourner et répond à son téléphone cellulaire. Lorsqu'il en finit avec sa conversation, je suis sorti de ma voiture, il raccroche et coupe, enfin, le moteur de sa poubelle pour rentrer chez lui !

Juin 2010, je suis contraint de faire contrôler l'amas de ferraille qui me sert de liberté partielle et, manque de bol, un des pneus est mort, il faut le changer. Un paquet d'euros plus tard, je retourne, avec deux pneus neufs, chez mon contrôleur favori qui, contre onze euros de monnaie sonnante et trébuchante, me délivre le petit autocollant en guise de sésame et signe le bout de papier règlementaire pour me permettre de reprendre la route sans être inquiété par la volaille des routes. Ce que je n'ai pas dit, c'est que l'être vaguement humain en question n'a ni demandé de facture ni vérifié la présence de pneus neufs, il s'est contenté de me soutirer onze euros de contre-visite, pour un travail qu'il n'a pas effectué donc.

Eté 2010, je fais faire l'entretien de ma poubelle appelée véhicule, par ces messieurs de Point S en deux fois (indigence oblige). Quand je vois le prix des huiles et autres filtres, je manque défaillir mais (handicap oblige) je pourvoie aux besoins de ma casserole roulante et polluante. Lors du second passage à l'atelier, le mécanicien m'avertit que « une des attaches du moteur est endommagée, le silent-block est foutu ». Comme je devais faire de la route le lendemain, je m'inquiète et on me répond qu'il n'y a pas de problème immédiat, mais qu'il faut changer l'attache, on-peut-la-commander-de-suite-voulez-vous-la-commander-et-prendre-rendez-vous ? Je décline l'offre (indigence oblige) et repars, un peu intrigué par la réponse débonnaire du gérant concernant la gravité de la chose. Les semaines passent, l'inquiétude se mue en peur et je demande à mon voisin, qui bosse dans un garage, s'il peut vérifier le diagnostic. Chose faite, le voisin - puisse-t-il être béni - m'annonce que les attaches du moteur sont parfaites, tout le dessous de ma poubelle est dans un état impeccable, bien mieux que ce que les 85 000 kilomètres affichés au tableau de bord le laissent supposer.

Entre 2010 et 2012, à Aix-en-Provence.
La société GLS est supposée me livrer une commande. Je rentre chez moi après deux jours d'absence, je trouve le colis au pied de la porte de mon appartement, au vu et au su de tous. J'appelle l'entreprise, on me dit que le livreur va repasser me faire signer le bon de livraison, je parle de conscience professionnelle, on me répond que le livreur va repasser me faire signer le bon de livraison, je parle de conscience professionnelle, on me répond que le livreur va repasser me faire signer le bon de livraison, je parle de conscience professionnelle... Déontologie bénie, le livreur est repassé, désinvolte et pressé, il m'a dit « Oh, ça va, j'étais pressé, j'ai demandé à un voisin qui m'a dit que ça ne craignait pas »...

Mise à jour d'août 2018 : j'ai tenté par tous les moyens d'éviter cette société de transport peu recommandable mais, à quelques reprises, je n'ai pas pu faire autrement, jamais informé que j'étais de l'identité du transporteur du produit que j'achetai.
Une fois, toujours à Aix, un colis a été laissé sous la fenêtre de ma chambre, à deux pas de l'entrée de l'immeuble que j'habitais, à trois pas des boîtes à lettres, à quatre de l'interphone.
Une autre fois, à Aix, un colis posé sur le bloc de boîtes à lettres de l'immeuble. Trop haut pour moi, en fauteuil.
Plus proche de nous, une fois installé à Hyères, même scénario, mais le livreur avait jeté le colis dans mon jardin... entouré d'un grillage solide et difficilement franchissable. Un jardin dans lequel je ne peux pas accéder car il y a une haute marche depuis ma terrasse. Je n'ai jamais réussi à joindre le service après-vente (e-mail et téléphone). Oh, je précise que ces gens-là savaient que je suis paraplégique car je leur ai craché au visage...

2010.
ORANGE est une bien belle entreprise dont le commercial nous vend une connexion internet par livebox « tout est OK, la ligne est ouverte, vous pouvez vous connecter immédiatement » et la ligne n'est pas même construite, mais le contrat est signé, le prélèvement autorisé, pas la connexion internet ni le téléphone... Plusieurs coups de fil et jours plus tard, le litige est résolu, mais, c'est amusant, le nombre de mes connaissances qui ont eu de sérieux problèmes avec un opérateur tel que celui-là dépasse nettement celui de ceux qui n'en ont pas eu... D'ailleurs, SFR, magnifique société à laquelle ma tortionnaire s'est désabonnée au profit de la précédente, a réclamé des dizaines d'euros supposés être dûs après la résiliation du contrat. Combien de français sont rendus sourds à ce type d'extorsion et payent, en confiance ?

DARTY, société bien connue et appréciée pour son Service Après Vente m'a envoyé un questionnaire de satisfaction après une intervention. Questionnaire auquel j'ai répondu que je n'étais pas content (en résumé, les techniciens m'ont installé une machine et ont laissé un bordel innomable derrière eux, n'ont aucunement considéré mon handicap et ont été malpolis). J'ai alors reçu un coup de fil du service SAV. J'ai bien expliqué les raisons de mon mécontentement, on m'a textuellement répondu « que voulez-vous qu'on y fasse ? ».

Et la majorité des internautes qui achètent sur internet le font après avoir consulté les « avis » des clients...

Joomla templates by a4joomla